Accueil

265 £ millions de récompense annuelle pour cette patronne

La patronne de Bet365 vient d’établir un nouveau record. Sur cette année fiscale, elle a reçu 265 millions de livres de récompense, cela inclut son salaire et ses dividendes de sa société. Grâce à cette paye, elle devient la chef d’entreprise la mieux payée du Royaume-Uni. La nouvelle a bien entendu provoqué son lot de controverses. Celles-ci ont été accentuées par la mauvaise réputation des casinotiers et des bookmakers dans le pays.

Indécent

La société Bet365 figure parmi les ogres du marché des jeux en ligne. Elle est présente sur tous les marchés importants, dont celui de la Grande-Bretagne. Elle est célèbre pour son offre de jeux diversifiée qui regroupe des jeux de casino et des paris sportifs. Elle propose aussi un service de Live Casino. Avec un tel monstre, il n’est pas étonnant d’apprendre que sa patronne touche des millions par an en salaire et en dividendes. Bet365 a réalisé un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de livres sur 2018 pour 660 millions de profit. Grâce à ses 51 % de parts, Denise Coates a pu se reverser 45 millions. Elle a également décidé d’augmenter son salaire de 18 % par rapport à l’année précédente.

Grâce à cet ajustement, elle a empoché 220 millions de livres en tant que co-fondatrice de l’entreprise. Elle se présente ainsi comme la PDG la mieux payée de son pays. Un titre qu’elle détient depuis 2017. L’annonce de ses revenus a bien entendu choqué de nombreux observateurs. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’elle a reçu plus d’argent que le casinotier le plus riche au monde à savoir Sheldon Adelson. Ce dernier est pourtant une des 30 personnalités les plus fortunées selon le magazine Forbes.

Mauvais payeur

Si les revenus de la patronne de Bet365 choquent autant de monde, cela s’explique aussi par la mauvaise réputation de l’industrie des jeux. Les opérateurs sont en effet accusés d’appauvrir les joueurs et de profiter de leur malheur. À noter d’ailleurs que le salaire de Denise Coates représente 26 fois le montant reversé par l’ensemble du secteur au programme de lutte contre l’addiction. Bet365 est également connu comme étant un mauvais payeur. En 2016, par exemple, il a refusé de reverser 1 million de livres de gain à une étudiante de 20 ans.