Archives de l’auteur : admin

Les jeux d’argent en ligne français reportent une croissance annuelle intéressante en 2019

Le marché des jeux d’argent en ligne français a terminé l’exercice 2019 sur une note positive. Les opérateurs affichent une progression sur tous leurs verticaux. Les paris sportifs, comme toujours, sont les plus performants. Au total, ils ont généré 5 milliards d’euros de mises au cours de la période ce qui représente une hausse de 1 milliard par rapport à 2018. Ils représentent 62 % du marché.

Les paris toujours au top

L’exercice 2019 s’annonçait moins performant que le précédent. L’année 2018 avait en effet l’avantage de pouvoir compter sur la Coupe du monde de football. Les résultats publiés par l’Arjel montrent cependant que la période a été plus productive pour les opérateurs. Le nombre de joueurs a progressé de plusieurs points passant de 3,9 millions à 4,2 millions. Comme d’habitude, les paris sportifs ont attiré le plus de joueurs. Sur l’exercice 2019, ils représentent 62 % du chiffre d’affaires contre 57 % en 2018. Au total, les bookmakers ont encaissé 5 milliards d’euros de mises. Cela correspond à une hausse de 1 milliard par rapport à 2018. Les paris hippiques ont également affiché une bonne forme en 2019. Ils ont produit 1,1 milliard d’euros sur la période. Cela correspond à une progression de 5 % par rapport à 2018. Le marché compte désormais 146 000 joueurs actifs contre 138 000 sur le précédent exercice. Ces chiffres se révèlent d’autant plus impressionnants lorsque l’on prend en compte le fait que le secteur compte un opérateur en moins. L’opérateur Beturf a en effet perdu sa licence le 12 septembre 2019.

Le poker en hausse

Chaque année, le poker se présente comme le vilain canard du marché français. En 2019, cependant, il a enfin réussi à progresser. D’après le rapport publié par l’Arjel, le poker en ligne a terminé l’exercice avec une hausse de 6 % de son chiffre d’affaires. Les joueurs sont aussi de plus en plus nombreux. En 2018, ils étaient 249 000 à jouer au moins une fois par semaine. En 2019, ils sont passés à 269 500. Le cash-game est toujours aussi populaire. Cependant, les joueurs ont surtout été séduits par les tournois en 2019. À noter que cette croissance du poker est le résultat direct du partage de liquidités avec d’autres marchés européens.

En Allemagne, les banques ont reçu un nouvel avertissement concernant les casinos en ligne

L’Allemagne continue d’exercer un contrôle strict sur les transactions liées aux jeux d’argent. Le gouvernement vient d’ailleurs de lancer un nouvel avertissement en direct des banques. Il semblerait en effet que certaines autorisent leurs clients à déposer de l’argent sur des casinos en ligne. Au total, cinq établissements auraient reçu un courrier venant du Ministre de l’Intérieur.

Coup de pression

L’Allemagne se prépare à réguler son marché des jeux en ligne. Le projet de loi n’a pas encore été adopté, mais les discussions sont en bonne voie. En attendant la mise en place d’un secteur légal, le gouvernement souhaite bloquer les casinos étrangers. Pour cela, il compte notamment sur la collaboration des banques. Celles-ci sont invitées à refuser les transactions financières entrantes et sortantes liées à des activités de jeu en ligne. Malheureusement, le système manque d’efficacité. Certains établissements continuent en effet à valider les opérations en direction des plateformes illégales. Durant le mois de janvier, le Ministre de l’Intérieur les a rappelés à l’ordre. Selon les médias locaux, 5 sociétés bancaires auraient reçu un courrier de mise en garde.

À noter que le gouvernement a prévu des sanctions en cas de violation de la directive. Il n’a cependant pas communiqué sur leur nature. En tout cas, l’Allemagne semble bien décidée à suivre le même chemin que la Belgique et la Suisse en matière de jeu en ligne. Pour rappel, ces deux pays exercent un protectionnisme agressif vis-à-vis de leur marché local. Ils travaillent directement avec les FAI afin de bloquer les noms de domaine des casinos illégaux. Ils sanctionnent également les opérateurs qui attirent leurs joueurs sur leur plateforme sans avoir obtenu de licence officielle.

Rendez-vous en 2021

L’Allemagne prévoit d’ouvrir son marché des jeux en ligne à l’horizon 2021. Jusque-là, la directive est claire, il faut interdire les casinos étrangers. À noter que le pays s’est déjà attiré les foudres de la Commission Européenne en 2016 à cause de sa politique. D’après celle-ci, l’Allemagne n’a pas le droit d’interdire les opérateurs internationaux s’il ne dispose pas d’un marché interne officiel. Pour contourner la Commission Européenne, le gouvernement a donc préféré bloquer les transactions. D’ailleurs, en dehors des banques, d’autres sociétés proposant des solutions de paiement ont également été prévenues comme PayPal.

En Ukraine, les jeux d’argent légalisés arrivent à grands pas

Le Parlement ukrainien vient d’approuver en première lecture le projet de loi visant à légaliser les jeux d’argent. Le texte présenté par Oleg Marusyak a été encensé par 260 députés sur 460. Il vise à stimuler l’économie locale et à créer de nouvelles sources de revenus fiscaux. L’initiative a bien entendu attiré l’attention de nombreux opérateurs des jeux en ligne comme Parimatch. Celui-ci s’est d’ailleurs déclaré prêt à investir sur le secteur aussitôt que la loi sera définitivement adoptée.

Un nouveau marché

Le projet de loi 2285-D vise à légaliser les jeux d’argent en Ukraine. Il a été présenté devant le parlement en début d’année et il a été approuvé par 260 députés en première lecture. Il est porté par Oleg Marusyak et évoque notamment les frais de licence pour les jeux d’argent en ligne. Ceux-ci seront fixés à 6,7 millions d’UAH. Les casinos qui souhaitent s’implanter dans un hôtel quant à eux devront débourser entre 41,7 millions d’UAH et 62,6 millions d’UAH. Le montant est déterminé en fonction du nombre de chambres de l’établissement. Le projet de loi aborde également les dispositions pour la légalisation du marché. Les candidats qui auront réussi à obtenir une licence pourront donc exploiter jusqu’à 5 boutiques. La ville de Kiev pourra recevoir jusqu’à 32 bookmakers. Les autres grandes villes quant à elles ne disposeront que de 16 licences chacune au maximum. Quant aux petites communes, elles se partageront 32 licences. Enfin, il faut noter que le nombre d’appareils de jeu contenus dans les casinos terrestres est limité à 40 000. Seuls les joueurs de plus de 21 ans pourront s’adonner au jeu. Le projet de loi prévoit aussi la mise en place d’un registre pour les joueurs qui s’auto-excluent pour se protéger.

Sur la bonne voie

Le projet de loi pour la légalisation des jeux en Ukraine doit passer en deuxième lecture. D’autres détails seront ensuite abordés comme le taux d’imposition du Produit Brut des Jeux. Une fois le texte approuvé une seconde fois, il sera présenté au président Volodymyr Zelensky avant d’être adopté de manière définitive. À noter que l’idée de légaliser les jeux ne date pas d’hier. Le président l’a déjà évoqué en 2019. Il a d’ailleurs fait pression sur les élus pour accélérer le processus.

Novomatic lance un nouveau casino terrestre en Espagne

Le groupe Novomatic continue son expansion sur le marché européen. Durant le mois de décembre 2019, il a annoncé l’ouverture d’un troisième casino en Andalousie. L’établissement est situé dans la ville de Grenade et a été baptisé Admiral Granada. Il possède un parc de 100 machines à sous et plusieurs tables de jeu. Il devrait d’ailleurs accueillir différents tournois de poker durant l’exercice 2020. Novomatic a également intégré un espace dédié aux évènements dans son complexe pour diversifier sa clientèle.

Et un de plus

Le groupe Novomatic a lancé un nouveau casino durant la fin de l’année. Baptisé Admiral Granada, l’établissement se situe proche du centre-ville. Il dispose d’un parc diversifié qui s’adresse aussi bien aux amateurs de machines à sous que de jeux de table. Les premiers peuvent accéder à plus de 100 terminaux. Les seconds quant à eux auront le choix entre le blackjack et le Caribbean Stud Poker.

L’Admiral Granda propose aussi deux variantes de la roulette, l’Américaine et l’électronique. Comme dit précédemment, il accueillera de nombreux tournois de poker. Au-delà de ses ambitions dans le monde du jeu, l’établissement vise également à devenir une destination incontournable pour les touristes. Le groupe Novomatic l’a donc doté d’un espace dédié aux évènements sportifs. Il possède aussi d’autres salles destinées aux séminaires, aux soirées et aux conventions d’affaires. Le jour de l’ouverture, le complexe a réussi à attirer 800 personnes, dont plusieurs responsables politiques. L’évènement a été un véritable succès médiatique.

Une aubaine pour la ville

Le groupe Novomatic a profité de la présence de différentes personnalités politiques lors de l’ouverture de son casino pour mener une petite opération séduction. Il a notamment profité de l’occasion pour rappeler que son établissement va participer à l’attractivité de la ville. Il a également annoncé qu’il allait créer de nombreux emplois et participer à la vie de la commune. Novomatic a investi 5 millions d’euros dans la rénovation de l’établissement. L’argent a notamment servi à moderniser la décoration et à ajouter de nouvelles machines. Enfin, il faut noter que le groupe a déjà deux autres casinos en Andalousie. Le premier a été ouvert à Malaga, il s’agit de l’Admiral Casino San Roque. Le deuxième quant à lui se trouve à Séville, l’Admiral Casino Sevilla.

Betway paie les paris de la victoire de Liverpool avant la fin de la saison

Les bookmakers rivalisent d’imagination pour mener les meilleures campagnes marketing de l’industrie des jeux. Récemment, Betway a fait une annonce qui devrait beaucoup faire parler d’elle. Il a promis de payer en avance tous les paris qui misent sur la victoire finale de Liverpool en Premier League. Ce coup de publicité est brillant, mais également risqué puisqu’il reste 6 mois de compétition.

Coup de génie ou suicide ?

Le bookmaker Betway vient de frapper un grand coup. Il a en effet annoncé qu’il allait payer en avance tous les paris qui voient Liverpool remporter la Premier League. Cette initiative a été accueillie avec ferveur par les joueurs. Ils sont en effet les grands gagnants de l’affaire. Betway n’a pas communiqué sur le montant qu’il allait reverser, mais compte tenu du fait que Liverpool n’a pas remporté la Premier League depuis 1990, celui-ci doit être relativement élevé. L’annonce a bien entendu suscité diverses réactions du côté des observateurs. Certains y voient un suicide puisqu’il reste encore 6 mois de compétition.

D’autres, en revanche, pensent que Betway a réussi une excellente opération marketing. Le résultat importe peu si la campagne permet de gagner en visibilité et surtout d’attirer de nouveaux clients. L’initiative du bookmaker se révèle d’autant plus pertinente dans le contexte actuel où la réussite d’une entreprise ne repose plus sur la qualité de son produit, mais surtout sur sa force publicitaire. Le vrai gagnant de l’histoire sera donc Betway, que Liverpool remporte ou non la Premier League.

Une astuce déjà utilisée

Dans le monde des bookmakers, Betway n’est bien entendu pas le premier à tenter ce genre de coup publicitaire. Paddy Power, par exemple, est passé maître dans l’art d’utiliser ce type de technique. Il affectionne d’ailleurs particulièrement les élections pour lancer l’opération. En 2012, il a payé en avance tous les paris sur Obama. L’initiative s’est révélée payante sur tous les plans. Malheureusement, en 2016, la chance n’a pas été de son côté. Le bookmaker avait choisi de payer en avance tous les paris sur Hillary Clinton, soit 6,5 millions de dollars. Malheureusement, la femme de Bill n’a pas terminé à la Maison-Blanche. Au total, ce mauvais calcul a coûté 11 millions de dollars à Paddy Power, dont 4,5 millions de paris pro-Trump.

Comment un Indien a-t-il pu parier sa femme et la perdre ?

Les histoires de paris farfelues sont nombreuses à travers les âges et les continents. Récemment, un autre récit de ce genre a fait beaucoup de bruits sur la toile. Selon JeuxCasino.com, un Indien aurait mis en jeu sa femme afin de rembourser ses dettes. Il aurait perdu beaucoup d’argent sur un jeu inconnu ce qui l’a poussé à faire ce choix incongru. Le pire, c’est que sa campagne n’était pas au courant du deal.

Une histoire rocambolesque

L’histoire de ce parieur indien commence par une simple passion pour les jeux d’argent. Malheureusement pour Shah, il ne sait pas s’arrêter. Il enchaîne donc les paris perdants. Le 11 novembre, il se retrouve sur la paille. Incapable de payer son créancier, il décide de lui proposer un deal insolite. Il propose de remettre en jeu ses dettes contre un lot surprenant. S’il gagne la partie, il repart avec une ardoise vierge. S’il perd, il accepte de céder sa femme. Le deal est donc conclu et les jeux sont faits.

Malheureusement pour Shah, sa malchance légendaire frappe à nouveau. Il est obligé de donner sa campagne à son créancier en guise de monnaie d’échange. La situation va cependant se compliquer. Shah a conclu son marché sans en parler à sa femme, Devi. Celle-ci se réagit donc violemment lorsqu’il lui annonce qu’un inconnu va venir la chercher pour l’emmener avec lui. Shah tente de la convaincre en usant de la force, mais elle refuse de céder. Elle parvient à échapper au courroux de son mari et trouve refuge au poste de police. Après avoir raconté son histoire à des policiers scandalisés, elle est repartie chez ses parents. Shah quant à lui devrait bientôt expliquer son cas devant un tribunal.

Le monde insolite des parieurs fous

D’après le site Calvinayre, ce type d’histoire n’est pas nouveau dans l’état indien de Bihar. Une femme se serait déjà misée et perdue elle-même au jeu. En 2018, un homme a également parié son fils de trois ans. Il a été condamné par la justice à faire 50 abdominaux. Enfin, il faut rappeler qu’en 2018 toujours, un Tanzanien a perdu sa femme en la pariant sur le derby entre Manchester United et Manchester City.

Evander Kane poursuivi par un casino de Vegas

Le joueur de NHL Evander Kane se retrouve en plein cœur d’un scandale avec le marché des jeux d’argent. Il est en effet poursuivi en justice par le casino-resort Cosmopolitan. Celui-ci lui réclame le remboursement des marqueurs de jeu émis en avril dernier pour le joueur. Leur valeur s’élèverait à 500 000 dollars. L’opérateur exige aussi 15 000 dollars de dommages et intérêts pour le préjudice subit.

Une avance pour les VIPs

Les joueurs avec le statut de VIP ont droit à plusieurs avantages dans les casinos. Ils ont leur propre place de parking, ils ont leur propre salle et certains ont même la possibilité de contracter des crédits pour pouvoir jouer. En réalité, il s’agit d’une avance qui est émise sous la forme de marqueurs de jeu. Grâce à ce service, les joueurs VIP n’ont pas besoin de se déplacer avec du cash pour se divertir. Et comme ils ont tendance à dépenser des sommes folles, cela leur offre la possibilité de jouer en toute tranquillité sans se soucier de rendre des comptes à leur banque.

Durant le mois d’avril de cette année, la star du hockey sur glace Evander Kane a profité de son statut de VIP pour obtenir une avance de 500 000 dollars auprès du casino-resort Cosmopolitan de Las Vegas. Le montant s’élevait à 500 000 dollars. Les deux parties ont réalisé la transaction en toute légalité avec des documents papier. Malheureusement, il semblerait que le joueur n’ait pas rempli sa part du contrat. Il n’a pas dépensé l’argent aux tables du casino à cause d’un match éliminatoire face à l’équipe de Las Vegas Golden Knights. Il n’a pas non plus procédé au remboursement des marqueurs de jeu. Le Cosmopolitan a donc décidé de déposer une plainte civile contre Evander Kane. En dehors du remboursement de l’avance, il réclame également 15 000 dollars de dommages et intérêts.

Silence radio

L’affaire a été rendue publique par le Cosmopolitan le 4 novembre. De son côté, Evander Kane ne s’est toujours pas exprimé pour défendre son point de vue. Il n’a pas non plus contacté le casino en privé. À noter pourtant qu’il possède largement les ressources pour rembourser ses dettes. En 2018, il a en effet signé un contrat de 49 millions de dollars avec son équipe. Son salaire est aujourd’hui estimé à 7 millions de dollars ce qui le place à la troisième place des joueurs les mieux payés de son club.

Un gain de 30,241$ que William Hill refuse de payer

Le bookmaker William Hill se retrouve à nouveau au cœur de l’actualité des jeux d’argent au Royaume-Uni. Il refuse de payer deux joueurs qui ont réussi à remporter 30 241 dollars avec une mise de 129 dollars. Selon lui, il y a eu une erreur lors de la validation des mises. Celles-ci n’auraient pas dû être acceptées, car elles étaient trop liées entre elles. Les victimes ont décidé de contacter un service de défense des parieurs pour défendre leurs droits et obtenir le paiement de leurs gains.

Deux paris d’exception

L’histoire de Gary Smeaton et de Kris Shenton commence par une passion commune. Les deux hommes sont fans de rugby. Au début de l’année, ils ont choisi de tenter un pari osé sur les performances de l’équipe Salford Red Devils. Ils ont misé sur le fait qu’elle terminerait dans le top 5 de la Super League. En complément, ils ont aussi placé de l’argent sur Jackson Hastings. Ils avaient pronostiqué qu’il remporterait le Man of Steel. Au total, leur ticket affichait une cote de 234 contre 1 pour une mise de 129 dollars. Après une longue attente, ils ont découvert qu’ils avaient tapé juste sur les deux évènements.

Grâce à leur cote incroyable, ils ont donc remporté 30 241 dollars. À noter qu’il s’agit d’un des paris les plus fous de l’histoire. Il est d’autant plus impressionnant qu’il portait sur deux évènements à long terme. Le pari a en effet été fait au début de la saison. Malheureusement, cette histoire va connaitre un dénouement horrible. Au moment d’encaisser leur gain, les deux joueurs ont vécu une désillusion. Le bookmaker refuse de régler leur pari à cause d’un « related contingency », une contingence liée.

De surprise en cauchemar

Selon William Hill, le ticket de 30 241 dollars n’est pas valide. Les deux évènements sur lesquels les joueurs ont parié étaient trop liés entre eux. En d’autres termes, le bookmaker affirme que si l’un des pronostics s’avérait juste, l’autre le serait forcément. Aux premiers abords, l’explication semble tenir la route. La récompense de Man of Steel devrait en effet revenir théoriquement au meilleur joueur des 5 équipes les mieux classées. Cependant, la réalité est différente. Le prix est attribué par un panel de juges à la fin de la saison et il ne dépend pas de la position de l’équipe au classement. Qui plus est, si l’argument de William Hill était valide, le pari n’aurait pas dû être proposé à la base.

Énorme fusion – acquisition en vue pour ces deux monstres des jeux en ligne

Le marché des jeux en ligne se prépare à vivre un grand bouleversement. Deux de ses principaux opérateurs seraient en effet sur le point de fusionner. Il s’agit de Flutter Entertainment et The Stars Group. Certains observateurs redoutent une telle fusion. Ils craignent en effet que l’entité qui découlera de l’union de tels ogres s’accapare la quasi-totalité du marché. En d’autres termes, ils redoutent une situation de monopole dans le gambling online.

Deux grands noms

Sur le marché des jeux d’argent, il existe une caste d’opérateurs particulièrement influents qui gèrent la majorité des marques. Certains sont connus du grand public comme The Stars Group. Ce dernier doit sa renommée à son produit PokerStars, leader mondial du poker en ligne. Il exploite aussi SkyBet, SkyVegas, Beteasy et FoxBet. D’autres membres de l’élite quant à eux opèrent dans l’ombre. La firme Flutter Entertainment fait partie de ce deuxième groupe. Cette structure résulte de la fusion entre PaddyPower et Betfair. Les deux ogres se sont rapprochés en 2016 afin de former une seule entité estimée à 7,74 milliards de dollars. À l’époque, la transaction avait déjà fait grand bruit. Pour rappel, elle fait suite à la fusion entre Gala Coral et Ladbrokes. PaddyPower et Betfair ont choisi de s’unir pour rivaliser avec la nouvelle entité issue de ce partenariat à 3,4 milliards de dollars. Flutter Entertainment regroupe aussi des marques importantes comme SportsBet, Fanduel et TVG. Si la fusion est menée à son terme, elle donnera naissance à une firme générant un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de dollars. Elle sera contrôlée à 55 % par Flutter et à 45 % par The Stars Group.

Risque de monopole

La fusion est prévue pour 2020. Les deux opérateurs doivent d’abord obtenir l’aval des régulateurs des cinq juridictions sur lesquelles ils interviennent. Les négociations promettent cependant d’être rudes. L’enjeu est en effet de taille puisque les observateurs redoutent un monopole. Il faut dire que les deux parties sont tellement imposantes que sur certains marchés, elles possèdent jusqu’à 40 % des parts. Les joueurs sont également attentifs aux conséquences d’une telle fusion sur leur expérience de jeu. Enfin, il convient de noter que la nouvelle entité sera dirigée par Peter Jackson, l’actuel PDG de Flutter. Le dirigeant de The Stars Group quant à lui deviendra le directeur des opérations.

De nombreuses villes japonaises sont enfin intéressées par les futurs casinos resorts

Le marché des casinos terrestres japonais déchaine de plus en plus les passions. Alors que le projet suscitait encore quelques controverses en début d’année, l’intérêt est désormais grandissant. Durant le mois de septembre, le Ministère du Tourisme a d’ailleurs officiellement annoncé que le pays accueillerait 3 mégas casinos sur son sol. Depuis, 11 villes ont exprimé leur souhait de recevoir un de ses établissements.

Le Japon se réveille

Le projet d’ouverture du marché des casinos a toujours suscité de nombreuses controverses au Japon. Une partie de la population craint en effet une recrudescence de la délinquance et de l’addiction. Les municipalités quant à elles redoutaient une augmentation du trafic et du blanchiment d’argent. Cette année, toutefois, la situation semble avoir enfin évolué. Les villes japonaises sont de plus en plus nombreuses à vouloir accueillir un complexe casinotier. Cela s’explique sans aucun doute par les potentielles retombées financières liées au secteur. Les casinos devront en effet s’acquitter de divers impôts notamment fonciers ainsi que d’une série de taxes sur leurs revenus. Qui plus est, ils génèreront sans aucun doute un boum au niveau du tourisme. Malheureusement, le Premier Ministre a été particulièrement strict sur le sujet. Seules 3 préfectures auront droit à un établissement. Elles sont pourtant 11 à avoir rejoint la course. Parmi les mieux placées, il faut citer Osaka et Tokyo.

Un marché convoité

Dans la liste des villes qui souhaitent obtenir un casino, on retrouve également Hokkaido, Chiba, Yokohama, Nagoya, Wakayama et Nagasaki. D’autres préfectures ont quant à elles laisser entendre qu’elles étaient également ouvertes à la discussion comme Kawasaki, Hamamatsu et Shizuoka. Du côté des opérateurs qui sont prêts à investir au pays du soleil levant, le plus déterminé est sans doute MGM Resorts. Il est d’ailleurs le favori pour établir le premier casino à Osaka. Las Vegas Sands et Melco Resorts, de leur côté, penchent plutôt pour Yokohama tandis que Wynn Resorts préfère Tokyo. À noter que chaque opérateur s’est engagé à débourser entre 10 et 15 milliards de dollars pour construire leur complexe. Le PDG de Melco Resorts a cependant opté pour une autre approche. Il a déclaré ne pas restreindre ses rêves à un prix donné.