Archives de l’auteur : admin

Comment un Indien a-t-il pu parier sa femme et la perdre ?

Les histoires de paris farfelues sont nombreuses à travers les âges et les continents. Récemment, un autre récit de ce genre a fait beaucoup de bruits sur la toile. Selon JeuxCasino.com, un Indien aurait mis en jeu sa femme afin de rembourser ses dettes. Il aurait perdu beaucoup d’argent sur un jeu inconnu ce qui l’a poussé à faire ce choix incongru. Le pire, c’est que sa campagne n’était pas au courant du deal.

Une histoire rocambolesque

L’histoire de ce parieur indien commence par une simple passion pour les jeux d’argent. Malheureusement pour Shah, il ne sait pas s’arrêter. Il enchaîne donc les paris perdants. Le 11 novembre, il se retrouve sur la paille. Incapable de payer son créancier, il décide de lui proposer un deal insolite. Il propose de remettre en jeu ses dettes contre un lot surprenant. S’il gagne la partie, il repart avec une ardoise vierge. S’il perd, il accepte de céder sa femme. Le deal est donc conclu et les jeux sont faits.

Malheureusement pour Shah, sa malchance légendaire frappe à nouveau. Il est obligé de donner sa campagne à son créancier en guise de monnaie d’échange. La situation va cependant se compliquer. Shah a conclu son marché sans en parler à sa femme, Devi. Celle-ci se réagit donc violemment lorsqu’il lui annonce qu’un inconnu va venir la chercher pour l’emmener avec lui. Shah tente de la convaincre en usant de la force, mais elle refuse de céder. Elle parvient à échapper au courroux de son mari et trouve refuge au poste de police. Après avoir raconté son histoire à des policiers scandalisés, elle est repartie chez ses parents. Shah quant à lui devrait bientôt expliquer son cas devant un tribunal.

Le monde insolite des parieurs fous

D’après le site Calvinayre, ce type d’histoire n’est pas nouveau dans l’état indien de Bihar. Une femme se serait déjà misée et perdue elle-même au jeu. En 2018, un homme a également parié son fils de trois ans. Il a été condamné par la justice à faire 50 abdominaux. Enfin, il faut rappeler qu’en 2018 toujours, un Tanzanien a perdu sa femme en la pariant sur le derby entre Manchester United et Manchester City.

Evander Kane poursuivi par un casino de Vegas

Le joueur de NHL Evander Kane se retrouve en plein cœur d’un scandale avec le marché des jeux d’argent. Il est en effet poursuivi en justice par le casino-resort Cosmopolitan. Celui-ci lui réclame le remboursement des marqueurs de jeu émis en avril dernier pour le joueur. Leur valeur s’élèverait à 500 000 dollars. L’opérateur exige aussi 15 000 dollars de dommages et intérêts pour le préjudice subit.

Une avance pour les VIPs

Les joueurs avec le statut de VIP ont droit à plusieurs avantages dans les casinos. Ils ont leur propre place de parking, ils ont leur propre salle et certains ont même la possibilité de contracter des crédits pour pouvoir jouer. En réalité, il s’agit d’une avance qui est émise sous la forme de marqueurs de jeu. Grâce à ce service, les joueurs VIP n’ont pas besoin de se déplacer avec du cash pour se divertir. Et comme ils ont tendance à dépenser des sommes folles, cela leur offre la possibilité de jouer en toute tranquillité sans se soucier de rendre des comptes à leur banque.

Durant le mois d’avril de cette année, la star du hockey sur glace Evander Kane a profité de son statut de VIP pour obtenir une avance de 500 000 dollars auprès du casino-resort Cosmopolitan de Las Vegas. Le montant s’élevait à 500 000 dollars. Les deux parties ont réalisé la transaction en toute légalité avec des documents papier. Malheureusement, il semblerait que le joueur n’ait pas rempli sa part du contrat. Il n’a pas dépensé l’argent aux tables du casino à cause d’un match éliminatoire face à l’équipe de Las Vegas Golden Knights. Il n’a pas non plus procédé au remboursement des marqueurs de jeu. Le Cosmopolitan a donc décidé de déposer une plainte civile contre Evander Kane. En dehors du remboursement de l’avance, il réclame également 15 000 dollars de dommages et intérêts.

Silence radio

L’affaire a été rendue publique par le Cosmopolitan le 4 novembre. De son côté, Evander Kane ne s’est toujours pas exprimé pour défendre son point de vue. Il n’a pas non plus contacté le casino en privé. À noter pourtant qu’il possède largement les ressources pour rembourser ses dettes. En 2018, il a en effet signé un contrat de 49 millions de dollars avec son équipe. Son salaire est aujourd’hui estimé à 7 millions de dollars ce qui le place à la troisième place des joueurs les mieux payés de son club.

Un gain de 30,241$ que William Hill refuse de payer

Le bookmaker William Hill se retrouve à nouveau au cœur de l’actualité des jeux d’argent au Royaume-Uni. Il refuse de payer deux joueurs qui ont réussi à remporter 30 241 dollars avec une mise de 129 dollars. Selon lui, il y a eu une erreur lors de la validation des mises. Celles-ci n’auraient pas dû être acceptées, car elles étaient trop liées entre elles. Les victimes ont décidé de contacter un service de défense des parieurs pour défendre leurs droits et obtenir le paiement de leurs gains.

Deux paris d’exception

L’histoire de Gary Smeaton et de Kris Shenton commence par une passion commune. Les deux hommes sont fans de rugby. Au début de l’année, ils ont choisi de tenter un pari osé sur les performances de l’équipe Salford Red Devils. Ils ont misé sur le fait qu’elle terminerait dans le top 5 de la Super League. En complément, ils ont aussi placé de l’argent sur Jackson Hastings. Ils avaient pronostiqué qu’il remporterait le Man of Steel. Au total, leur ticket affichait une cote de 234 contre 1 pour une mise de 129 dollars. Après une longue attente, ils ont découvert qu’ils avaient tapé juste sur les deux évènements.

Grâce à leur cote incroyable, ils ont donc remporté 30 241 dollars. À noter qu’il s’agit d’un des paris les plus fous de l’histoire. Il est d’autant plus impressionnant qu’il portait sur deux évènements à long terme. Le pari a en effet été fait au début de la saison. Malheureusement, cette histoire va connaitre un dénouement horrible. Au moment d’encaisser leur gain, les deux joueurs ont vécu une désillusion. Le bookmaker refuse de régler leur pari à cause d’un « related contingency », une contingence liée.

De surprise en cauchemar

Selon William Hill, le ticket de 30 241 dollars n’est pas valide. Les deux évènements sur lesquels les joueurs ont parié étaient trop liés entre eux. En d’autres termes, le bookmaker affirme que si l’un des pronostics s’avérait juste, l’autre le serait forcément. Aux premiers abords, l’explication semble tenir la route. La récompense de Man of Steel devrait en effet revenir théoriquement au meilleur joueur des 5 équipes les mieux classées. Cependant, la réalité est différente. Le prix est attribué par un panel de juges à la fin de la saison et il ne dépend pas de la position de l’équipe au classement. Qui plus est, si l’argument de William Hill était valide, le pari n’aurait pas dû être proposé à la base.

Énorme fusion – acquisition en vue pour ces deux monstres des jeux en ligne

Le marché des jeux en ligne se prépare à vivre un grand bouleversement. Deux de ses principaux opérateurs seraient en effet sur le point de fusionner. Il s’agit de Flutter Entertainment et The Stars Group. Certains observateurs redoutent une telle fusion. Ils craignent en effet que l’entité qui découlera de l’union de tels ogres s’accapare la quasi-totalité du marché. En d’autres termes, ils redoutent une situation de monopole dans le gambling online.

Deux grands noms

Sur le marché des jeux d’argent, il existe une caste d’opérateurs particulièrement influents qui gèrent la majorité des marques. Certains sont connus du grand public comme The Stars Group. Ce dernier doit sa renommée à son produit PokerStars, leader mondial du poker en ligne. Il exploite aussi SkyBet, SkyVegas, Beteasy et FoxBet. D’autres membres de l’élite quant à eux opèrent dans l’ombre. La firme Flutter Entertainment fait partie de ce deuxième groupe. Cette structure résulte de la fusion entre PaddyPower et Betfair. Les deux ogres se sont rapprochés en 2016 afin de former une seule entité estimée à 7,74 milliards de dollars. À l’époque, la transaction avait déjà fait grand bruit. Pour rappel, elle fait suite à la fusion entre Gala Coral et Ladbrokes. PaddyPower et Betfair ont choisi de s’unir pour rivaliser avec la nouvelle entité issue de ce partenariat à 3,4 milliards de dollars. Flutter Entertainment regroupe aussi des marques importantes comme SportsBet, Fanduel et TVG. Si la fusion est menée à son terme, elle donnera naissance à une firme générant un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de dollars. Elle sera contrôlée à 55 % par Flutter et à 45 % par The Stars Group.

Risque de monopole

La fusion est prévue pour 2020. Les deux opérateurs doivent d’abord obtenir l’aval des régulateurs des cinq juridictions sur lesquelles ils interviennent. Les négociations promettent cependant d’être rudes. L’enjeu est en effet de taille puisque les observateurs redoutent un monopole. Il faut dire que les deux parties sont tellement imposantes que sur certains marchés, elles possèdent jusqu’à 40 % des parts. Les joueurs sont également attentifs aux conséquences d’une telle fusion sur leur expérience de jeu. Enfin, il convient de noter que la nouvelle entité sera dirigée par Peter Jackson, l’actuel PDG de Flutter. Le dirigeant de The Stars Group quant à lui deviendra le directeur des opérations.

De nombreuses villes japonaises sont enfin intéressées par les futurs casinos resorts

Le marché des casinos terrestres japonais déchaine de plus en plus les passions. Alors que le projet suscitait encore quelques controverses en début d’année, l’intérêt est désormais grandissant. Durant le mois de septembre, le Ministère du Tourisme a d’ailleurs officiellement annoncé que le pays accueillerait 3 mégas casinos sur son sol. Depuis, 11 villes ont exprimé leur souhait de recevoir un de ses établissements.

Le Japon se réveille

Le projet d’ouverture du marché des casinos a toujours suscité de nombreuses controverses au Japon. Une partie de la population craint en effet une recrudescence de la délinquance et de l’addiction. Les municipalités quant à elles redoutaient une augmentation du trafic et du blanchiment d’argent. Cette année, toutefois, la situation semble avoir enfin évolué. Les villes japonaises sont de plus en plus nombreuses à vouloir accueillir un complexe casinotier. Cela s’explique sans aucun doute par les potentielles retombées financières liées au secteur. Les casinos devront en effet s’acquitter de divers impôts notamment fonciers ainsi que d’une série de taxes sur leurs revenus. Qui plus est, ils génèreront sans aucun doute un boum au niveau du tourisme. Malheureusement, le Premier Ministre a été particulièrement strict sur le sujet. Seules 3 préfectures auront droit à un établissement. Elles sont pourtant 11 à avoir rejoint la course. Parmi les mieux placées, il faut citer Osaka et Tokyo.

Un marché convoité

Dans la liste des villes qui souhaitent obtenir un casino, on retrouve également Hokkaido, Chiba, Yokohama, Nagoya, Wakayama et Nagasaki. D’autres préfectures ont quant à elles laisser entendre qu’elles étaient également ouvertes à la discussion comme Kawasaki, Hamamatsu et Shizuoka. Du côté des opérateurs qui sont prêts à investir au pays du soleil levant, le plus déterminé est sans doute MGM Resorts. Il est d’ailleurs le favori pour établir le premier casino à Osaka. Las Vegas Sands et Melco Resorts, de leur côté, penchent plutôt pour Yokohama tandis que Wynn Resorts préfère Tokyo. À noter que chaque opérateur s’est engagé à débourser entre 10 et 15 milliards de dollars pour construire leur complexe. Le PDG de Melco Resorts a cependant opté pour une autre approche. Il a déclaré ne pas restreindre ses rêves à un prix donné.

La 100ème saison NFL promet d’attirer des milliards en paris sportifs

L’American Gaming Association a récemment publié un sondage concernant la 100e saison de NFL. Les chiffres montrent que 38 millions d’Américains sont prêts à miser sur cette compétition ce qui représente 15 % de la population globale des États-Unis. Avec un tel engouement, l’exercice 2019 promet de battre de nombreux records en termes de visibilité et de paris enregistrés auprès des bookmakers. Qui plus est, il va profiter des bienfaits de la nouvelle législation qui garantit un cadre sécurisé aux parieurs.

L’impact de la légalisation des paris sportifs

Les Américains sont particulièrement friands de paris sportifs. En 2018, ils auraient misé plus de 10 milliards de dollars sur ce secteur. Cette année, les chiffres devraient être plus impressionnants. La Loi sur la Protection des Sports Professionnels et Amateurs a en effet été invalidée afin d’ouvrir officiellement le marché des paris sportifs aux États-Unis. Désormais, ces jeux d’argent ne seront plus limités aux casinos terrestres du Nevada. Selon un communiqué de presse de l’American Gaming Association, 7 millions d’Américains ont déclaré vouloir parier auprès d’un bookmaker. Cela correspond à une hausse de 20 % par rapport à l’année dernière. Ils sont donc 1,2 million de plus à vouloir tenter l’expérience. Le marché pourra aussi compter sur la NFL pour booster ses résultats. La ligue célèbre en effet son centenaire cette année. Au vu de la popularité de ce sport dans le pays, il est certain que des millions d’Américains vont profiter de l’occasion pour tenter de toucher le gros lot.

Une saison historique

L’American Gaming Association a sollicité les services de la firme Morning Consult pour effectuer un sondage auprès des adultes américains. L’objectif était de mesurer leur enthousiasme concernant la 100e saison de NFL. Selon les chiffres, 24 % des Américains sont prêts à miser sur cette compétition. Cela constitue une opportunité incroyable pour les bookmakers. Le succès des paris sportifs pourrait également booster la visibilité de la NFL et les revenus publicitaires des sponsors. Selon le sondage, 75 % des parieurs sont prêts à regarder un match sur lequel ils ont parié. 63 % quant à eux sont susceptibles de se réunir avec des amis pour assister à une rencontre. Enfin, ils sont 51 % à vouloir regarder des émissions ou lire des articles sur un match sur lequel ils ont misé de l’argent.

Un parieur de Las Vegas encaisse 38.216 $ après une mise de 250 $ !

Un parieur de Las Vegas a accompli un exploit durant le mois d’aout. Il est parvenu à empocher 38 216 dollars grâce à un pari audacieux. Il a misé 250 dollars sur 8 matchs de baseball. Pour garantir son coup, il a pris soin de toujours parier sur les favoris. Il s’est toutefois laissé tenté par un outsider afin d’ajouter du piment à son expérience.

Homerun réussi

Les parieurs rêvent tous de réussir le coup de maitre qui leur permettra d’empocher plusieurs dizaines de milliers d’euros. Ils sont nombreux à tenter l’exploit, mais seule une poignée atteint son objectif. Récemment, un parieur de Las Vegas a rejoint le cercle très fermé des gagnants. Le 26 aout, il a tenté un pari complètement fou sur le baseball. Pour cela, il s’est rendu au Cosmopolitan, un établissement de prestige de la ville du péché. Il a misé 250 dollars sur 8 matchs en utilisant la fonction « accumulator ». Ce type de pari permet aux joueurs de remporter d’importantes sommes en cas de victoire. Malheureusement, les cotes sont contre eux. Les chances de gain sont en effet extrêmement faibles. Elles sont proches de celles proposées par une machine à sous particulièrement volatile.

Pour améliorer ses statistiques, le parieur a pris soin de choisir le favori des 7 premiers matchs. Pour la 8e rencontre, cependant, il a opté pour l’outsider. Celle-ci opposait les Cardinals de St-Louis aux Rookies du Colorado. Le parieur a misé sur la victoire des premiers. Ce pari affichait une cote de +121. Bref, grâce à une chance incroyable, il a enchainé 8 bons pronostics. Il a donc réussi à transformer sa mise de départ en un gain exceptionnel de 38 216 dollars. Comme souvent dans ce genre d’histoire, il a préféré garder son anonymat.

L’illusion des grosses cotes

Dans le monde des paris sportifs, les histoires centrées sur des parieurs qui ont touché le gros lot sont légion. Malheureusement, il ne s’agit que d’une illusion pour pousser les joueurs à miser. Les chances de réussir un coup de maitre aux paris sportifs sont en effet infimes. D’ailleurs, il est presque impossible de rester rentable sur le long terme en misant systématiquement sur de grosses cotes.

 

Encore des amendes pour des casinos de premier plan aux Pays-Bas

Le régulateur du marché des jeux en ligne hollandais refait parler de lui. Après avoir sanctionné Casumo et Casino.com, il s’est attaqué aux deux géants Unibet et Bwin. Ils sont accusés d’avoir attiré et accepté des joueurs néerlandais sur une de leurs plateformes. Ils ont respectivement écopé de 470 000 euros et 350 000 euros d’amende.

Bwin, récidiviste

La marque Bwin est détenue par la firme GVC Holdings, une référence dans le monde des jeux d’argent. Elle est présente sur de nombreux marchés et profite d’une excellente réputation. Durant le mois d’aout 2018, elle a cependant vécu une mésaventure avec le régulateur hollandais. Celui-ci l’a en effet condamné à une amende de 350 000 euros. Il l’accuse d’avoir proposé des jeux d’argent et de hasard aux joueurs en ligne résidant aux Pays-Bas. Pour rappel, la législation hollandaise interdit ce genre de pratique. Pour démasquer l’opérateur, le régulateur a demandé à ses agents de créer un compte sur sa plateforme. Ils ont utilisé une adresse IP hollandaise pour s’inscrire.

Si Bwin avait respecté la loi, il aurait normalement dû bloquer ces agents. Il les a cependant laissé faire. Pire, il leur a permis d’effectuer un dépôt de 20 euros avec le moyen de paiement iDeal. L’histoire aurait pu s’arrêter là pour Bwin. Malheureusement, l’opérateur s’est à nouveau attiré les foudres du régulateur hollandais au début de l’année 2019. Celui-ci a en effet retenté l’opération et elle s’est soldée de la même manière. Les agents ont pu créer un compte et faire un dépôt. Bwin a donc été condamné à une nouvelle amende.

Unibet, fourbe

La marque Unibet appartient à l’opérateur Kindred Group. Il s’agit également d’une référence surtout au Royaume-Uni. En aout et décembre 2018, Unibet a accepté des joueurs hollandais sur une de ses plateformes en ligne. Il a écopé de 470 000 euros d’amende pour ces infractions. Sa sanction se révèle plus lourde par rapport à Bwin, car il a également proposé une interface traduite en néerlandais pour attirer ces joueurs. Enfin, il convient de noter que les Pays-Bas travaillent actuellement sur l’ouverture de leur marché des jeux d’argent en ligne. Le lancement est prévu pour 2021. Les candidats sont déjà nombreux à avoir déposé leur dossier. Ils seraient plus de 200.

Apprécierez-vous la nouvelle slot en ligne Sherlock’s Casebook ?

Le fournisseur de logiciel de casino 1X2 Gaming, dont les jeux sont disponibles sur BetRebels, a fait parler de lui au début du mois d’aout avec une sortie audacieuse. Il a en effet lancé une machine à sous mettant en scène le célèbre détective privé, Sherlock Holmes. Baptisée Sherlock’s Casebook, celle-ci propose une nouvelle énigme aux joueurs. Ils vont devoir faire preuve de lucidité et de reflexion pour mener à bien leur enquête. Comme d’habitude avec 1X2 Gaming, le gameplay repose essentiellement sur des WILDs et un mode free spins particulièrement généreux.

Jusqu’à 20 free spins

La machine à sous Sherlock ‘s Casebook adopte une configuration moderne avec 5 rouleaux et 3 rangées. Elle propose 25 lignes de paiement qui permettent de gagner jusqu’à 100 000 pièces par spin. Comme dit précédemment, le gameplay propose avant tout un WILD. Celui-ci prend la forme du célèbre détective. Il possède la capacité de remplacer n’importe quel symbole classique du jeu. Il permet donc d’obtenir des gains plus facilement et de manière plus régulière. À noter qu’il est également capable de devenir Expanding. En d’autres termes, il peut remplir tout le rouleau lorsqu’il apparait dans une combinaison gagnante. Le jeu propose aussi un SCATTER. Il permet d’accéder au mode free spins. Pour cela, il faut l’obtenir 3, 4 ou 5 fois sur l’écran. Le nombre de parties gratuites obtenues dépend des SCATTERs affichés. Elles peuvent aller de 10 à 20 en passant par 15. Durant le mode free spins, le WILD devient Stacked. Il reste figé lorsqu’il fait partie d’une combinaison gagnante.

Un nouveau mystère

Les aventures de Sherlock Holmes ont toujours inspiré de nombreux créateurs de mondes fictionnels. Les développeurs de machines à sous ne font pas exception à la règle. 1X2 Gaming rejoint donc une longue liste d’opérateurs qui ont déjà proposé une adaptation de ces récits. Dans Sherlock’s Casebook, le fournisseur invite les joueurs à rejoindre Sherlock Holmes dans une nouvelle enquête. Celle-ci les emmènera dans un environnement terne et sombre qui rappelle le Londres victorien. L’ambiance du jeu se révèle rapidement prenante grâce à la qualité des graphismes. Les animations sont également sublimes. Cependant, le véritable atout du jeu réside dans tous les petits clins d’oeil à l’œuvre d’origine. Les fans de Sherlock Holmes seront ravis de découvrir ce jeu. Ceux qui ne sont pas familiers avec l’univers du détective quant à eux pourront se laisser séduire par la qualité de la réalisation et du gameplay.

Ladbrokes écope d’une amende de plusieurs millions à cause de pratiques illégales

Le troisième trimestre de l’exercice en cours commence mal pour la firme GVC Holdings. Elle vient en effet d’écoper d’une lourde amende de la part de la célèbre Commission des Jeux Britannique. Le régulateur l’a sanctionné pour avoir failli aux règles du jeu responsable et du blanchiment d’argent. La facture s’élève à 5,9 millions de livres.

Faute grave

Le marché britannique figure parmi les plus réglementés au monde. Il doit cette réputation à son régulateur qui n’hésite pas à sanctionner les opérateurs pour les rappeler à l’ordre. Sa technique consiste à imposer d’énormes amendes qui se chiffrent à plusieurs millions d’euros afin de marquer les esprits. Récemment, il s’est intéressé au cas de Ladbrokes, un bookmaker exploité par la firme GVC Holdings. Ce dernier aurait autorisé 7 joueurs à problème à parier sur sa plateforme en ligne. Il aurait également négligé les règles de base concernant le blanchiment d’argent et le jeu responsable.

Lorsqu’un opérateur remarque des activités suspectes sur le compte d’un joueur comme des transactions chiffrées à plusieurs milliers d’euros, il est obligé de le suspendre et de diligenter une enquête. Celle-ci a pour objectif de déterminer l’origine des fonds et le niveau de dépendance du concerné. Malheureusement, Ladbrokes n’a jamais enquêté sur ces joueurs. L’un d’entre eux avait pourtant un profil particulièrement alarmant. Il a en effet joué et perdu 1,5 million de livres en l’espace de trois ans. Un autre joueur a également accumulé plus de 460 tentatives de dépôts refusés par sa banque. À cause de ces nombreux manquements, Ladbrokes a été condamné à 5,9 millions de livres.

Les fantômes du passé

La firme GVC Holdings a acheté le bookmaker Ladbrokes en 2018. La transaction s’élevait à 3,2 milliards de livres. Techniquement, elle n’est donc pas impliquée dans l’affaire en cours. Les faits se sont en effet déroulés entre 2014 et 2017. Elle a toutefois accepté sa responsabilité dans l’affaire. Elle s’est engagée à régler les 5,9 millions de livres au régulateur britannique. Selon son porte-parole, l’objectif consiste à montrer sa bonne foi. L’opérateur veut également assurer son engagement dans la lutte contre le blanchiment d’argent et la dépendance au jeu. À noter d’ailleurs qu’il a affirmé que les véritables responsables n’étaient plus au sein de la structure.