Archives mensuelles : septembre 2018

À Yokohama, les habitants ne veulent pas des casinos resorts

Le marché des casinos terrestres au Japon continue de monopoliser l’actualité. Après l’annonce des villes qui accueilleront un établissement, un sondage vient à nouveau créer le buzz sur ce projet suivi par plusieurs observateurs à travers le monde. Celui-ci dévoile ainsi qu’une partie de la population de Yokohama serait hostile à l’arrivée d’un casino.

Avis mitigé

Le Japon se retrouve face à un véritable dilemme concernant son marché des casinos. Les autorités semblent en effet impatiente de lancer ses premiers établissements. Pour cela, elles multiplient les rencontres avec les responsables communaux et les opérateurs qui souhaitent investir au Japon. Malheureusement, force est de constater que cet enthousiasme n’est pas partagé par la majorité de la population locale. Les Japonais semblent en effet hostiles à la création de casinos sur leur sol. Les habitants d’Osaka, par exemple, se sont exprimés en défaveur du projet. Cette mauvaise tendance a été confirmée par un sondage effectué cette fois-ci auprès de la population de Yokohama. Sur un échantillon de 830 personnes, 94 % se sont déclarés hostiles à l’installation d’un casino dans leur ville. À noter que le sondage a suscité de vives controverses. Il était en effet trop général. Qui plus est, l’échantillon a été jugé insuffisant pour déclarer une véritable tendance. Malgré cette ambiance apparente de contestation, le gouvernement nippon devrait ainsi continuer son bonhomme de chemin et accélérer l’ouverture de son marché.

Un projet juteux

Le marché des casinos terrestres au Japon figure sans aucun doute parmi les projets les plus lucratifs de l’histoire de l’industrie des jeux d’argent. Il pourrait en effet générer plusieurs milliards de dollars de revenus dès son premier exercice. Certains pensent même qu’il a le potentiel de dépasser Las Vegas et Macau. D’ailleurs, il convient de noter que les opérateurs qui se sont déclarés intéressés par un casino nippon ont tous promis d’investir au minimum 10 milliards de dollars. Cette volonté démontre le potentiel du marché. La contestation locale ne devrait d’ailleurs pas démotiver les investisseurs. Ces derniers comptent en effet surtout sur les touristes pour remplir leur casino. Enfin, dans le pire des cas, 40 villes et municipalités se sont exprimées en faveur du projet. Le choix se révèle ainsi large en cas de réorientation.

Le marché des loteries et paris sportifs suisses est en grande forme

L’Office fédérale de la justice suisse vient de publier son rapport sur l’activité des loteries et des bookmakers sur l’année 2017. Les chiffres montrent une baisse de 6,4 % par rapport à l’exercice précédent. Au total, les opérateurs ont généré 2,81 milliards de francs suisses, dont 1,87 milliard ont été redistribués aux joueurs sous forme de gain.

Un PBJ proche du milliard

L’année 2016 a été une période faste pour les bookmakers et les loteries suisses. Le secteur a en effet réussi à générer 2,9 milliards de francs. Cette performance s’explique notamment par un gain exceptionnel de 70 millions de francs remporté sur Swiss Lotto. Pour rappel, il s’agit d’un des deux jeux les plus importants avec l’Euromillions. Cette cagnotte a suscité un engouement massif pour le jeu. Elle a d’ailleurs permis d’attirer de nouveaux parieurs et de placer un record de mises. En 2017, cependant, l’activité a baissé pour arriver à 2,81 milliards de francs de chiffre d’affaires. Le PBJ quant à lui s’élève à 942 millions.

Malgré cette baisse, il convient de noter que l’exercice a été un succès du côté des joueurs. Ces derniers ont en effet reçu 1,87 milliard sous forme de gain. D’ailleurs, ce chiffre devrait booster l’activité pour 2018. Du côté des dépenses moyennes par joueur, l’année 2017 affiche un score de 333 francs contre 354 francs pour 2016. Enfin, il convient de noter que les deux principaux opérateurs, Swisslos et Loterie Romande ont généré 99,8 % du chiffre d’affaires. Au niveau de sjeux, l’Euromillions et Swiss Lotto sont responsables de 45,3 % du PBJ global.

Nouvelle loi en 2019

Le paysage des jeux en Suisse devrait drastiquement changer en 2019. Lors d’un référendum, les citoyens se sont en effet exprimés en faveur de la régularisation du marché. Désormais, les sites internationaux seront bloqués directement par les fournisseurs d’accès. L’offre sera en effet limitée aux opérateurs locaux qui possèdent déjà un établissement terrestre. Ils devront obtenir une licence afin d’exploiter une plateforme de jeu en ligne. Il est intéressant de noter que le projet de loi a suscité de vives contestations lors de son annonce. Les citoyens se sont d’ailleurs mobilisés pour provoquer un référendum. Au final, 72,9 % des participants ont été favorables à la nouvelle loi.