Archives mensuelles : août 2019

Encore des amendes pour des casinos de premier plan aux Pays-Bas

Le régulateur du marché des jeux en ligne hollandais refait parler de lui. Après avoir sanctionné Casumo et Casino.com, il s’est attaqué aux deux géants Unibet et Bwin. Ils sont accusés d’avoir attiré et accepté des joueurs néerlandais sur une de leurs plateformes. Ils ont respectivement écopé de 470 000 euros et 350 000 euros d’amende.

Bwin, récidiviste

La marque Bwin est détenue par la firme GVC Holdings, une référence dans le monde des jeux d’argent. Elle est présente sur de nombreux marchés et profite d’une excellente réputation. Durant le mois d’aout 2018, elle a cependant vécu une mésaventure avec le régulateur hollandais. Celui-ci l’a en effet condamné à une amende de 350 000 euros. Il l’accuse d’avoir proposé des jeux d’argent et de hasard aux joueurs en ligne résidant aux Pays-Bas. Pour rappel, la législation hollandaise interdit ce genre de pratique. Pour démasquer l’opérateur, le régulateur a demandé à ses agents de créer un compte sur sa plateforme. Ils ont utilisé une adresse IP hollandaise pour s’inscrire.

Si Bwin avait respecté la loi, il aurait normalement dû bloquer ces agents. Il les a cependant laissé faire. Pire, il leur a permis d’effectuer un dépôt de 20 euros avec le moyen de paiement iDeal. L’histoire aurait pu s’arrêter là pour Bwin. Malheureusement, l’opérateur s’est à nouveau attiré les foudres du régulateur hollandais au début de l’année 2019. Celui-ci a en effet retenté l’opération et elle s’est soldée de la même manière. Les agents ont pu créer un compte et faire un dépôt. Bwin a donc été condamné à une nouvelle amende.

Unibet, fourbe

La marque Unibet appartient à l’opérateur Kindred Group. Il s’agit également d’une référence surtout au Royaume-Uni. En aout et décembre 2018, Unibet a accepté des joueurs hollandais sur une de ses plateformes en ligne. Il a écopé de 470 000 euros d’amende pour ces infractions. Sa sanction se révèle plus lourde par rapport à Bwin, car il a également proposé une interface traduite en néerlandais pour attirer ces joueurs. Enfin, il convient de noter que les Pays-Bas travaillent actuellement sur l’ouverture de leur marché des jeux d’argent en ligne. Le lancement est prévu pour 2021. Les candidats sont déjà nombreux à avoir déposé leur dossier. Ils seraient plus de 200.

Apprécierez-vous la nouvelle slot en ligne Sherlock’s Casebook ?

Le fournisseur de logiciel de casino 1X2 Gaming, dont les jeux sont disponibles sur BetRebels, a fait parler de lui au début du mois d’aout avec une sortie audacieuse. Il a en effet lancé une machine à sous mettant en scène le célèbre détective privé, Sherlock Holmes. Baptisée Sherlock’s Casebook, celle-ci propose une nouvelle énigme aux joueurs. Ils vont devoir faire preuve de lucidité et de reflexion pour mener à bien leur enquête. Comme d’habitude avec 1X2 Gaming, le gameplay repose essentiellement sur des WILDs et un mode free spins particulièrement généreux.

Jusqu’à 20 free spins

La machine à sous Sherlock ‘s Casebook adopte une configuration moderne avec 5 rouleaux et 3 rangées. Elle propose 25 lignes de paiement qui permettent de gagner jusqu’à 100 000 pièces par spin. Comme dit précédemment, le gameplay propose avant tout un WILD. Celui-ci prend la forme du célèbre détective. Il possède la capacité de remplacer n’importe quel symbole classique du jeu. Il permet donc d’obtenir des gains plus facilement et de manière plus régulière. À noter qu’il est également capable de devenir Expanding. En d’autres termes, il peut remplir tout le rouleau lorsqu’il apparait dans une combinaison gagnante. Le jeu propose aussi un SCATTER. Il permet d’accéder au mode free spins. Pour cela, il faut l’obtenir 3, 4 ou 5 fois sur l’écran. Le nombre de parties gratuites obtenues dépend des SCATTERs affichés. Elles peuvent aller de 10 à 20 en passant par 15. Durant le mode free spins, le WILD devient Stacked. Il reste figé lorsqu’il fait partie d’une combinaison gagnante.

Un nouveau mystère

Les aventures de Sherlock Holmes ont toujours inspiré de nombreux créateurs de mondes fictionnels. Les développeurs de machines à sous ne font pas exception à la règle. 1X2 Gaming rejoint donc une longue liste d’opérateurs qui ont déjà proposé une adaptation de ces récits. Dans Sherlock’s Casebook, le fournisseur invite les joueurs à rejoindre Sherlock Holmes dans une nouvelle enquête. Celle-ci les emmènera dans un environnement terne et sombre qui rappelle le Londres victorien. L’ambiance du jeu se révèle rapidement prenante grâce à la qualité des graphismes. Les animations sont également sublimes. Cependant, le véritable atout du jeu réside dans tous les petits clins d’oeil à l’œuvre d’origine. Les fans de Sherlock Holmes seront ravis de découvrir ce jeu. Ceux qui ne sont pas familiers avec l’univers du détective quant à eux pourront se laisser séduire par la qualité de la réalisation et du gameplay.

Ladbrokes écope d’une amende de plusieurs millions à cause de pratiques illégales

Le troisième trimestre de l’exercice en cours commence mal pour la firme GVC Holdings. Elle vient en effet d’écoper d’une lourde amende de la part de la célèbre Commission des Jeux Britannique. Le régulateur l’a sanctionné pour avoir failli aux règles du jeu responsable et du blanchiment d’argent. La facture s’élève à 5,9 millions de livres.

Faute grave

Le marché britannique figure parmi les plus réglementés au monde. Il doit cette réputation à son régulateur qui n’hésite pas à sanctionner les opérateurs pour les rappeler à l’ordre. Sa technique consiste à imposer d’énormes amendes qui se chiffrent à plusieurs millions d’euros afin de marquer les esprits. Récemment, il s’est intéressé au cas de Ladbrokes, un bookmaker exploité par la firme GVC Holdings. Ce dernier aurait autorisé 7 joueurs à problème à parier sur sa plateforme en ligne. Il aurait également négligé les règles de base concernant le blanchiment d’argent et le jeu responsable.

Lorsqu’un opérateur remarque des activités suspectes sur le compte d’un joueur comme des transactions chiffrées à plusieurs milliers d’euros, il est obligé de le suspendre et de diligenter une enquête. Celle-ci a pour objectif de déterminer l’origine des fonds et le niveau de dépendance du concerné. Malheureusement, Ladbrokes n’a jamais enquêté sur ces joueurs. L’un d’entre eux avait pourtant un profil particulièrement alarmant. Il a en effet joué et perdu 1,5 million de livres en l’espace de trois ans. Un autre joueur a également accumulé plus de 460 tentatives de dépôts refusés par sa banque. À cause de ces nombreux manquements, Ladbrokes a été condamné à 5,9 millions de livres.

Les fantômes du passé

La firme GVC Holdings a acheté le bookmaker Ladbrokes en 2018. La transaction s’élevait à 3,2 milliards de livres. Techniquement, elle n’est donc pas impliquée dans l’affaire en cours. Les faits se sont en effet déroulés entre 2014 et 2017. Elle a toutefois accepté sa responsabilité dans l’affaire. Elle s’est engagée à régler les 5,9 millions de livres au régulateur britannique. Selon son porte-parole, l’objectif consiste à montrer sa bonne foi. L’opérateur veut également assurer son engagement dans la lutte contre le blanchiment d’argent et la dépendance au jeu. À noter d’ailleurs qu’il a affirmé que les véritables responsables n’étaient plus au sein de la structure.