Accueil

Plus de 20,000 joueurs en ligne se sont déjà auto-exclus en Suède

Depuis le 1er janvier 2019, la Suède a officiellement ouvert son marché des jeux de hasard en ligne. Les locaux ne peuvent plus s’inscrire sur des plateformes étrangères. L’initiative vise à améliorer la protection des joueurs, à prévenir le blanchiment d’argent et à récupérer les taxes générées par l’industrie. Pour que l’aventure se déroule dans les meilleures dispositions, le gouvernement a décidé de mettre en place un site web spécial pour permettre aux joueurs de s’auto-exclure des casinos. Aujourd’hui, il serait déjà 20 000 à avoir franchi le pas.

Prévention

Le régulateur suédois Spelinspektionen a récemment fait un premier bilan de l’ouverture du marché des jeux en ligne. Il s’est notamment concentré sur la protection des joueurs vulnérables. Selon lui, entre le 1er janvier et le 1er février, 20 000 personnes se sont déjà inscrites sur la liste noire via le site Spelpaus.se. Pour rappel, il s’agit d’un protocole d’auto-exclusion. En d’autres termes, les joueurs inscrits sur la liste ne peuvent plus s’adonner à des jeux d’argent. Ils seront systématiquement bloqués chaque fois qu’ils tenteront de s’inscrire sur un casino ou auprès d’un bookmaker. Ils ne pourront pas non plus entrer dans une salle de jeux terrestres. À noter que la plupart des inscrits l’ont fait pour une durée indéterminée.

Premières sanctions

Le système d’auto-exclusion a été mis en place avec la nouvelle règlementation sur les jeux d’argent en ligne. Il fait partie des outils principaux du régulateur dans la réalisation de ses tâches prioritaires à savoir protéger les joueurs. À noter d’ailleurs que le régulateur a déjà procédé à ses premiers rappels à l’ordre. Il a en effet constaté des irrégularités dans la manière dont les entreprises nouvellement agréées ont procédé à l’enregistrement de leurs joueurs. Il a immédiatement envoyé des lettres de mise en demeure à toutes les sociétés concernées pour les avertir de leur faute. Il leur a aussi rappelé les sanctions auxquelles elles s’exposaient si elles ne respectaient pas la réglementation. La loi prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires de l’opérateur concerné. Pour les fautes les plus graves, il est possible de suspendre, voire de résilier la licence d’exploitation.